Marie-Laure Daffos - Sophrologue

La sophrologie : son histoire

L’histoire de la sophrologie caycĂ©dienne est Ă©troitement liĂ©e Ă  la biographie de son fondateur, le neuro psychiatre Alfonso Caycedo. Il est Ă  l’origine de sa crĂ©ation, participe aux grandes Ă©tapes de son Ă©volution et lui a consacrĂ© prĂšs de quarante annĂ©es de recherche et de travail.

Le Professeur Caycedo s’est trouvĂ© confrontĂ©, dĂšs le dĂ©but de sa carriĂšre, Ă  un sentiment d’impuissance devant certaines maladies mentales. Il part du constat que ses patients ont eu la conscience altĂ©rĂ©e par une sĂ©rie d’évĂ©nements, de ressentis nĂ©gatifs. Si le nĂ©gatif peut avoir Ă  ce point un impact qu’en serait il s'il arrivait Ă  activer du positif ? D’autre part, les seuls moyens dont disposait la mĂ©decine Ă©taient les Ă©lectrochocs, les cures de sommeil (cures Ă  l’insuline), les contentions, les bains glacĂ©s

 Il se met Ă  la recherche d’autres moyens thĂ©rapeutiques Ă  la fois plus efficaces et moins agressifs, tout en se passionnant de plus en plus pour l’étude de la conscience. Il s’engage d’abord sur le chemin de l’hypnose.


1960 :   En crĂ©ant le terme Sophrologie, qui Ă©tymologiquement signifie « Science de la conscience en harmonie Â» (racines grecques : sos : harmonie, phren : conscience, logos : science) A. Caycedo prend ses distances avec l’hypnose. Cette mĂȘme annĂ©e il fonde le premier dĂ©partement de sophrologie clinique, au sein du service de neuropsychiatrie du Pr Lopez Ibor Ă  l’hĂŽpital Santa Isabel de Madrid

1963-64 : sĂ©jour comme mĂ©decin neuropsychiatre auprĂšs de Ludwig Binswanger, psychiatre et phĂ©nomĂ©nologue, dans son sanatorium Bellevue  en Suisse.

1965-68 : voyage en Inde, au Tibet et au Japon pour y Ă©tudier les diffĂ©rentes conceptions de la conscience chez les mystiques de l’Orient. A. CaycĂ©do s’initie au yoga indien, au bouddhisme tibĂ©tain et au zen japonais et y trouve un matĂ©riau d’une richesse exceptionnelle pour l’étude de toutes les possibilitĂ©s de la conscience.

1968-82 : A. CaycĂ©do est nommĂ© Professeur AgrĂ©gĂ© de la chaire de psychiatrie de la FacultĂ© de MĂ©decine de Barcelone. Tout en donnant des cours et en exerçant la psychiatrie, il crĂ©e les premiĂšres mĂ©thodes sophrologiques et avec ses collaborateurs, les soumet Ă  des validations  scientifiques.

1988 : la branche sociale  de la sophrologie est crĂ©Ă©e, elle permet Ă  tous de profiter de cette mĂ©thode qui jusque lĂ  Ă©tait exclusivement rĂ©servĂ©e au monde mĂ©dical. /LA_SOPHROLOGIE_POUR_QUI_.B.htm


Caycedo a rĂ©alisĂ© un pont entre l'Occident et l'Orient : il s’est appuyĂ© sur ses connaissances en neuro-psychiatrie, sur la phĂ©nomĂ©nologie et sur les pratiques orientales, en abandonnant leur aspect religieux, pour Ă©laborer « une science de la conscience Â».

Toute action positive dirigĂ©e vers notre corps ou vers notre mental a une rĂ©percussion positive sur notre ĂȘtre tout entier.

L'activation répétée du positif provoque un "effet boule de neige" sur toute la personne.